+7 (495) 926-59-49
Jury of the III Muslim Magomayev International Vocalists Contest

Tamara Siniavskaïa, Russie,
soliste du théâtre Bolchoï, 
artiste du peuple de l’URSS,
professeur titré, Présidente du Jury


siniavskaya.jpg

Née à Moscou, Tamara Siniavskaïa, mezzo-soprano, a été soliste du Bolchoï de 1964 à 2002. Dès le début de sa carrière, elle s’est fait connaître en remportant  plusieurs récompenses : Premier prix et Médaille d’or au Concours des chanteurs lyriques en Bulgarie, en 1968, Grand prix et Prix spécial de la reine de Belgique pour l’interprétation des romances de P.Tchaïkovski au Concours des jeunes chanteurs lyriques en Belgique, en 1969, Premier prix er Médaille d’or au Concours P.Tchaïkovski à Moscou, en 1970.

En 1972-1973, elle a fait son stage au théâtre de la Scala, Italie. Elle a tenu les rôles principaux dans les opéras de M.Glinka, P.Tchaïkovski, M.Moussorgski, G.Bizet, G.Verdi, S.Prokofiev, R.Chtchedrine.

Tamara Siniavskaïa a travaillé avec les chefs d’orchetre de renommée, tels que E.Svetlanov, G.Rojdestvenski, Y.Simonov, V.Spivakov, M.Ermler, Y.Bachmet, M.Rostropovitch (Russie), B.Haitink (Pays-Bas) et R.Chailli (Italie). Elle a enchaîné des tournées internationales en Autriche, aux Etats-Unis, en Grande Bretagne, en Belgique, en Bulgarie, en Espagne, en Italie, en Allemagne, au Canada, en Roumanie, en France, en Tchécoslovaquie, en Yougoslavie et au Japon.

 Elle a enregistré plusieurs disques dont l’opéra « Eugène Onéguine » de P. Tchaïkovski (Olga), chefs d’orchestre M.Rostropovitch et M.Ermler ; l’opéra « Prince Igor » d’A.Borodine (Kontchakovna), chef d’orchestre M.Ermler ; l’opéra » Boris Godounov » de M.Moussorgski (Marina Mniszek), chef d’orchestre A.Lazarev ; l’opéra « Ivan Soussanine » de M.Glinka (Vania), chef d’orchestre M.Ermler; l’opéra «  Rouslan et Ludmila » (Ratmir), chef d’orchestre Y.Simonov ; l’opéra «La guerre et la paix » de S.Prokofiev (Hélène), chef d’orchestre M.Ermler; l’opéra «Le Convive de pierre » d’A.Dargomijski (Laura), chef d’orchestre M.Ermler; des romances de P.Tchaïkovski et de S.Rakhmaninov, chef d’orchestre E.Svetlanov; « Le Cycle de chansons juives » de D.Chostakovitch, chef d’orchestre M.Yourovski.

Depuis 2005, T. Siniavskaïa dirige la chaire d’art vocal à l’Université russe d’art théâtral (GITIS).



Eléna Obraztsova, Russie,
artiste du peuple de l’URSS,
soliste du théâtre Bolchoï de Russie,
professeur titré

Obrazcova.jpg

Le nom d’Elena Obraztsova figure parmi les grandes divas d’opéra mondial. Elle a terminé le Conservatoire Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg en 1964. Encore étudiante, elle  débute sur la scène du Bolchoï en 1963 avec le rôle de Marina Mniszek dans l’opéra « Boris Godounov » de M.Moussorgski.

En 1962, elle remporte des médailles d’or du Concours à Helsinki, Finlande, et du Concours de chant M.Glinka à Moscou, puis, en 1970, du Concours P.Tchaïkovski à Moscou et du Concours de chant Francisco Viñas.

 

Elena Obraztsova s’est produite sur la scène des plus grands théâtres de l’Europe et de l’Amérique : les théâtres Bolchoï et Mariinski, le Grand théâtre du Liceu, La Scala, l’Opéra Garnier et le Covent Garden. Parmi ses partenaires de scène on peut citer Mirella Freni,  Renata Scotto, Fedora Barbieri, Montserrat Caballé, Ileana Contrubaș, Joan Sutherland, Alfredo Kraus,  Placido Domingo, Luciano Pavarotti, José Carreras, Nicolaï Ghiaurov, Carlo Bergonzi, Jaume Aragall.

Elle a paru sur les grandes scènes lyriques en interprétant les rôles principaux, tels que Marina Mniszek dans «  Boris Godounov » de M.Moussorgski, la Comtesse dans « La Dame de pique » de P.Tchaïkovski, Amneris dans « Aïda » de G.Verdi, Lioubacha dans « La Fiancée du tsar » de N.Rimski-Korsakov, Marfa dans « La Khovantchina » de M.Moussorgski, Carmen dans l’opéra éponyme de G.Bizet, Azucena dans « Le Trouvère » de G.Verdi, Dalila dans « Samson et Dalila » de C.Saint-Saëns, la Princesse de Bouillon dans « Adrienne Lecouvreur» de F.Cilea, Lioubava dans « Sadko » de N.Rimski-Korsakov, Adalgisa dans « Norma » de V. Bellini, Giovanna Seymour dans « Anne Boleyn » de G.Donizetti, Léonor dans « La Favorite » de G.Donizetti, Néris dans « Médée » de L.Cherubini, Orphée dans « Orphée et Eurydice » de C.Gluck, Charlotte dans « Werther » de J.Massenet, la Princese Eboli dans « Don Carlos » de G.Verdi, entre autres.

Elle a chanté sous la direction des plus grands chefs d’orchestre d’opéra et de musique symphonique, tels que Carlo Maria Giulini, Herbert von Karajan, Riccardo Muti, Lorin Maazel, Claudio Abbado, Carlos Kleiber, James Lévine.

Elena Obraztsova enchaîne les tournées  mondiales à Milan et New-York, Vienne et Tokyo, Osaka et Washington, Londres et Paris, Budapest et Salzbourg, Marseille et Barcelone,  San-Francisco et Los Angeles, Lizbonne et Rome.

Elle est honorée de tous les titres et récompenses les plus hauts de l’URSS et de la Russie, et aussi des prix les plus prestigieux étrangers.



Farhad Badalbeyli, Azerbaïdjan,
artiste du peuple de l’Azerbaïdjan et de l’URSS,
professeur titré, pianiste et chef d’orchestre 

Farhad.jpg

Né à Bakou, Azerbaïdjan, il a fait ses études supérieures au Conservatoire national d’Azerbaïdjan en 1965-1969, classe du professeur M.Brenner, qu’il a complétées en 1969-1971 par le cycle de doctorat au Conservatoire d’Etat Tchaïkovski de Moscou, classe de B.Davidovitch.

Il devient  artiste du peuple de l’Azerbaïdjan en1978  et artiste du peuple  de l’URSS en 1990. Lauréat du Prix national d’Azerbaïdjan en 1985, il se voit décerner l’Ordre d’honneur de l’ Azerbaïdjan en 1997 et le grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la RF en 2000.

Il remporte aussi de nombreux concours internationaux, parmi lesquels le célèbre Concours des pianistes B.Smétana en Tchécoslovaquie, 1967, et le Concours Vianna da Motta au Portugal, 1968.

Pianiste intense, il enchaîne ses activités de récital en Bulgarie, en Allemagne, en Grèce, en Italie, à Cuba, en Norvège, au Portugal, en Tunisie, en Turquie, en Finlande, en France, en Tchéquie, en Suède, au Japon et dans d’autres pays.

Depuis 1971, Farhad Badalbeyli enseigne au  Conservatoire national d’Azerbaïdjan. Sur son initiative, le Conservatoire national d’Azerbaidjan a été rebaptisée l’Académie musicale de Bakou (1994).

De 1989 à 1989, Farhad Badalbeyli a tenu le poste du Premier vice-président de la Société musicale d’Azerbaïdjan et de 1987 à 1996, il a

dirigé le Centre d’art de Bakou. En 1995, il devient membre de la Fondation « Amis de la culture azerbaïdjanaise » et en 2009, il  lance le Festival de musique de la ville de Gabala dont  il est le directeur artistique. 



Dmitri Bertman, Russie,
artiste du peuple de la Russie,
maître des arts émérite de la FR,
directeur artistique à l’Opéra Hélikon

Bertman.jpg

Dmitri Bertman est né à Moscou. En 1984, il  entre  à l’Université russe d’art théâtral (GITIS), classe du professeur G.Anissimov, artiste du peuple de l’URSS, et obtient le diplôme de metteur en scène du théâtre lyrique. Encore étudiant, il a créé plusieurs spectacles musicaux et des drames dans des théâtres russes et ukrainiens.

En 1990, il crée l’Opéra Hélikon à Moscou dont il est, depuis plus de 20 ans, le directeur artistique.

 De 1994 à ce jour, il enseigne dans le Studio suisse d’opéra à Bern et donne des master-classes tant en Russie, qu’à l’étranger. En 1996, il devient directeur artistique de son atelier et, de 2003, enseigne et dirige la chaire de mise en scène et de formation d’artistes du théâtre lyrique à l’Université russe d’art théâtral (GITIS). Il est auteur de plusieurs articles et ouvrages scientifiques.

De 1997 à 2011,  il se voit décerner trois fois le Prix national du théâtre « Masque d’or », nomination « Meilleur metteur en scène du théâtre lyrique » (pour les spectacles « Carmen », « La fiancée du tsar », « Lady Macbeth du district de Mzensk »). En 2001, Dmitri Bertman préside le Jury musical du « Masque d’or ». En 2005, sa mise en scène des « Dialogues des carmélites » lui remporte le prix théâtral « Le clou de la saison », accordé par l’Union des hommes de théâtre. En 2006, il se voit accorder le même prix pour le spectacle « Tombé du ciel » (sur le sujet de l’opéra de S.Prokofiev « Histoire d’un homme véritable ») En 2003, il est décoré de l'Ordre national français des Palmes académiques (grade d’Officier) et, en 2004, d’une Croix de Malte.

En 2005, il dévient lauréat du prix K.Stanislavski, nomination «L’art de la mise en scène », pour sa contribution au développement de la mise en scène d’opéra.

En 2007, le prix de la ville de Moscou lui est accordé pour ses mises en scène de la saison 2004-2006 et son grand apport à la culture musicale de Moscou.

A part son travail à l’Opéra Hélikon, Dmitri Bertman est demandé en qualité de metteur en scène d’opéra dans des théâtres étrangers. En particulier, il a créé plus d’une fois des spectacles à  « Royal Opera », à Toronto, et à l’Opéra royal de Suède, à Stockholm.

Dmitri Bertman entre au jury de nombreux concours des chanteurs d’opéra et de variété.



Vincenzo de Vivo, Italie,
directeur artistique à l’Académie de l’art lyrique,
ville d’Osimo,Italie, professeur 

de vivo.jpg

Né à Salerno, Italie. A partir de 1982,  Vincenzo de Vivo a travaillé en tant que directeur artistique à l’Opéra de Rome, au Théâtre public de Bologne, au Festival Pergolesi et Spontini à Jesi et à  l'Atelier d'Art International de Montepulciano. Il a aussi tenu les postes de vice -directeur au Palais de la musique à Valencia, de conseiller artistique au Théâtre Carlo Felice de Gênes et au Théâtre public de Trévise, d’assistant de directeur artistique au Théâtre San Carlo de Naples, de manager d’artistes au Théâtre de la Fenice à Venise et est entré au Conseil de

l’Académie musicale Chigiana à Sienne.

Il a beaucoup collaboré avec la RAI, Radio-télévision italienne, la chaîne de radio et de télévision SDR de Stuttgart et le Festival musical  de Schwetzingen, Allemagne.

Vincenzo de Vivo  est entré au jury de nombreux concours internationaux tenus au Brésil, en Chine, en Corée, en Finlande, en Italie, en Russie, en Espagne,  en Turquie et au Japon. Il est auteur d’essais sur l’opéra italien, de livrets des oeuvres de Dall’Ongaro, Ferrero, Festa, Rendine, Taralli et traducteur en italien des textes pour les opéras de Bizet, Mozart, Offenbach et J.Strauss fils.

En tant que professeur, il enseigne au cours du Conservatoire Sainte-Cécile de Rome, collabore avec l’Académie de la Scala de Milan,  l’Ecole d’opéra italien de Bologne et le Théâtre public de Trévise.



Serguey Zakharov, Russie,
chanteur de variété soviétique et russe,
artiste émérite et artiste du peuple de la Russie

de vivo.jpg

Le nom Serguey Zakharov est bien connu et aimé du grand public le long des 45 ans de sa carrière artistique. Il semble que le temps n’ait pas de pouvoir sur son admirable voix dont l’influence bénéfique sur l’auditoire reste toujours importante.

Serguey Zakharov est né le 1 mai 1950  à la ville de Nikolaev, en Ukraine, dans la famille d’un militaire qui déménageait souvent.

Ainsi, Serguey a-t-il obtenu son certificat de fin d’études secondaires suivi de  son diplôme de radiotechnicien, habitant déjà Baïkonour, au Kazakhstan. C’est là qu’il a fait son service militaire au cours duquel il a révélé son talent pour la musique. Soliste d’armée très prometteur, il a été envoyé à l’Ensemble de chant et de danse du Palais de l’armée soviétique, à la région militaire de l’Asie centrale, où, en 1971, il s’est vu démobilisé avant la fin de service militaire pour pouvoir continuer ses études musicales à l’Académie de musique Gnessine, à Moscou. Plus tard, Serguey a déménagé à Léningrad et s’est fait transférer à l’Ecole de musique Rimski-Korsakov, au département d’art vocal.

De 1972,  Zakharov entame une carrière solo à l’Orchestre national de variété, dirigé par L.Outiossov, et de 1973 à 1985, travaille comme soliste au Music-hall de Léningrad. Il remporte plusieurs concours internationaux de chant en Bulgarie, en Pologne,  en Thécoslovaquie, en Argentine, en Allemagne et à d’autres pays. En 1974, Serguey Zakharov devient lauréat des Concours internationaux « Orphée d’or », en Bulgarie, et « Sopot-74 », en Pologne, suivi d’autres victoires triomphales. Il  participe au tournage du film musical « Hirondelles du ciel » en 1975 et enchaîne des tournées dans 43 pays du monde, couronnées d’une renommée internationale. Il crée et interprète des programmes de concert très variés qui comprennent des romances, des chansons populaires et de variété, des airs d’opéra et d’opérette, ce qui prouve que cet artiste à la voix de baryton, admirablement belle et forte, sait révéler son âme, charisme, goût et intelligence et est capable de faire tout sur scène.

En 1988, il se voit attribuer le grade d’artiste émérite de la Russie, et, en 1996, le grade d’artiste du peuple de la Russie. En 1998,  chanteur et maître de culture en vue, il est décoré de l’Ordre de Saint-Nicolas le Thaumaturge par le Fonds international de prix de l’UNESCO « pour son apport au rayonnement du bien dans le monde », et de l’Ordre national russe de l’Amitié.

S.Zakharov est le patron permanent du Festival des chansons et romances russes en Grande Bretagne. Le prix international « Homme de  l’année » et l’ordre « Etoile d’or de la Patrie », qui lui ont été récemment remis pour son apport au développement de l’art musical et de l’art national de variété, témoignent  de la haute appréciation de son activité.


Danzanvaanchig Ukhnaa, Mongolie,
artiste  émérite et maître de la culture o de la Mongolie,
maître de la culture de la République de Bouriatie,
docteur honoris causa de l’Université des arts et de la culture de Mongolie,
Directeur général de l’Association mongole de concert 

de vivo.jpg

Né à Ikh-Hat, préfecture de la province du Gobi d’Est, Mongolie. Depuis 20 ans,  il coordonne le déroulement du Festival de rock et pop « Mélodie des amis : Mongolie bleue » qu’il a conçu et lancé. Au cours de son histoire, ce festival a rassemblé 380 chanteurs étrangers. Il y a 10 ans, un nouveau concours, « Meilleur interprète de la chanson mongole en langue mongole », a vu le jour dans le cadre de ce festival. 

Danzanvaanchig Ukhnaa a lancé, organisé et mis en scène 92 différents concerts et shows. Il a été le metteur en scène principal des 320 spectacles consacrés aux fêtes nationales et dates importantes du pays et a animé 4893 concerts et shows en Mongolie. Membre du jury de plusieurs festivals et concours internationaux tenus en Russie, en Allemagne, en Tchécoslovaquie, en Pologne, en Bulgarie, au Japon, en Chine, en Corée, au Singapour et à Cuba, il collabore plus de 24 ans avec la philarmonie nationale de la République de Bouriatie.

Formation :

1967-1972 Conservatoire National de musique de Sofia, Bulgarie ; 

1981-1982 Cours supérieurs  au GITIS, Moscou, l’URSS ;

1986 – Cours supérieurs à l’Ecole de la gestion, Moscou, l’URSS.

Expérience de travail :

1960-1967  Théâtre National d'Opéra et de Ballet de la Mongolie, choriste ;

1972-1975  Philarmonie nationale de Mongolie, soliste 

1975-1983  Philarmonie nationale de Mongolie, metteur en scène 

1983-2001 Philarmonie nationale de Mongolie, directeur 

 2001-2005 Association des artistes, directeur exécutif 

De 2000 Représentant en Mongolie de la « Musique sans frontières », Association internationale de concert

De 2001 Directeur général de l’Assocation nationale de concert 

De 2005 Conseiller général à La Maison centrale de la Culture

Titres et récompenses :

1981 Maître d’avant-garde de la culture mongole

1993 Maître émérite de la culture mongole

2003 Prix du Microphone d’or dans la nomination « Légende vivante » pour ses mérites et le travail dans le domaine de la culture et des arts pendant 53 ans dont  plus de 30 dans le genre de variété

2007 Artiste émérite de la République de Bouriatie

2011 Docteur honoris causa de l’Université des arts et de la culture de Mongolie

Prix du Microphone d’or dans la nomination « Légende vivante » pour les mérites et le travail dans le domaine de la culture et des arts pendant 54 ans dont  plus de 42 dans le genre de variété.


Franco Farina, Italie,
chanteur d’opéra

de vivo.jpg

Né au Connecticut, Etats-Unis, Franco Farina a terminé le Conservatoire d’Oberlin et a poursuivi sa formation dans le Centre d’opéra à l’Ecole de musique Juillard à New-York. Après avoir débuté dans le rôle de Rodolphe à « La Bohème », il s’est vite fait connaître dans les meilleurs théâtres d’opéra de l’Amérique du Nord. Il a acquis une renommée mondiale en se produisant sur scène des opéras les plus prestigieux du monde : le Metropolitan Opera, l’Opéra national de Paris, l’Opéra national de Vienne, l’Opéra allemand de Berlin, le Théâtre de la Fenice, le Théâtre communal de Florence , le Théâtre de l’Opéra de Rome, le Royal Opera House (Covent Garden), le Grand théâtre du Liceu de Barcelone, l'Opéra de Sydney, entre autres.

Son répertoire comprend des rôles dans « Traviata », « Rigoletto », « la Bohème », « Madame Butterfly », « Turandot », « Otello » et d’autres. Ces dernières années, Franco Farina attaque avec succès les oeuvres de R.Wagner (« Tristan et Iseult », « Tannhäuser»). Les rôles variés du chanteur prouvent bien  son grand talent d’interprète de musique dramatique.

 Il a partagé la scène avec les chefs d’orchestre éminents, tels que James Conlon, Daniel Harding, Riccardo Muti, Antonio Pappano. Franco Farina est docteur honoris causa à Oberlin. Au-delà de son activité professionnelle, il forme aussi les jeunes chanteurs et dirige des ateliers pour chanteurs accomplis.









Sociétés





© Fondation de l’heritage culturel et musical Muslim Magomayev, 2020

Fondation Mouslim Magomayev

Concours international des chanteurs lyriques M. Magomayev